Le chef des renseignements accusé de servir l’Elysée

catoune

Les accusations portées contre le patron du renseignement français Bernard Squarcini, supposé avoir dirigé une police parallèle pour enquêter sur la presse et l’opposition, ont suscité démentis officiels et plainte de l’intéressé. La charge de trois journalistes du Point et du Canard enchaîné dans le livre intitulé « L’espion du président » vise indirectement Nicolas Sarkozy, censé avoir laissé s’installer ces pratiques au sein de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Catoune

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 903 autres abonnés